Japon,  Nara

Que faire à Nara, la ville des temples aux 1001 daims ?

Avant d’aller à Nara, nous avions entendu quelques rumeurs concernant les daims (shika en japonais) en liberté. Nous avons donc pris nos précautions en n’amenant aucune nourriture dans notre sac-à-dos ; en effet, il paraît qu’ils sont un peu trop gourmands et qu’ils nous le font vite savoir. Et comme nous n’avons pas envie de courir partout pour leur échapper, nous allons donc partir avec un sac presque vide ! 😅
Mais malgré cela, nous ne serons pas au bout de nos surprises sur place…

Les shika sont en liberté dans tout le parc

Après 50 min de train depuis la gare d’Osaka Station avec un ticket de 810 ¥ nous arrivons au centre-ville de Nara. En face, une rue toute droite pleine de commerces (Sanjo dori) nous guide vers le célèbre parc aux shika mais aussi Todai-ji, le temple où se trouve l’une des plus grandes représentations de Bouddha du Japon. Il faut compter 30 min de marche pour arriver jusque là-bas.

Voilà un client peu commun…
Photo prise à Zoshicho, une autre rue commerçante

Sur le chemin des cris mystérieux nous interpellent. Derrière un rassemblement de personnes, nous arrivons à jeter un œil à la scène. A Nara, on fabrique encore les mochi (gâteaux en pâte de riz gluant) de façon traditionnelle. Et on peut dire que les artisans savent faire le show : à deux, ils travaillent la pâte ; l’un avec les mains l’autre avec un marteau de bois. Celui qui a le marteau n’a pas intérêt à se laisser déconcentrer sous peine d’écraser les doigts de son collègue… Je pense donc qu’ils scandent à très haute voix des mots afin d’éviter tout problème de rythme.
Soit dit en passant, leurs mochi sont excellents ! N’hésitez donc surtout pas à vous arrêter chez Nakatanidou.

La fabrication du mochi de Nara est un vrai spectacle.

Après cette pause sucrée et avant de rentrer dans le parc, nous passons voir le temple Kofuku-ji et sa grande pagode de 5 étages. Cependant nous ne sommes pas rentrées à l’intérieur, l’extérieur suffit à nous enchanter.

Kofuku-ji et sa pagode.

Nous continuons le chemin sur quelques mètres pour atteindre le parc. On trouve déjà plusieurs panneaux de « danger » concernant le comportement des shika qui sont érigés un peu partout et on va vite comprendre pourquoi. Nous les apercevons déjà. Et je dois vous dire qu’ils sont finalement bien fidèles à leur réputation !

Ils sont un peu agressifs avec les touristes qui tardent à leur donne